Ajouter une conversation

(Taille recommandée 900x 245 pixels, sont autorisés les formats: jpg, gif, png, poids maximum: 16Mo)

Editer la conversation

Actualites

(Taille recommandée 797 x 217 pixels, sont autorisés les formats: jpg, gif, png, poids maximum: 16Mo)

Médecine

Centre de Traitement des Brûlés vs hôpital ?

Publié le 20/01/2016 à 17:00 0 8

Actualites

Accidents domestiques, professionnels, de la circulation, tentatives de suicide ou encore agressions, chaque année, en France, 10 000 personnes brûlées sont hospitalisées et 3 500 soignées en Centre de Traitement des Brûlés (CTB).

Comment sont-elles prises en charge ? Quelle différence fait-on entre un hôpital classique et un CTB ? Voici quelques explications.

La prise en charge dans un hôpital classique

Les premiers soins peuvent être dispensés en hôpital classique, non spécialisé. Cependant, si à l’arrivée du patient la brûlure est jugée très profonde par les médecins, il sera très rapidement orienté vers un Centre de Traitement des Brûlés.

Dans quel cas ?

L’hôpital classique traite essentiellement les brûlures superficielles (au 1er degré et au 2ème degré). Le malade est généralement admis dans le service des urgences. Son état doit être vite évalué par le corps médical.

L’hospitalisation est décidée en fonction de la gravité de la blessure. Si la surface cutanée lésée est inférieure à 10 % de la surface totale, le patient sera alors admis et soigné en hôpital classique. On traitera par contre une brûlure en externe, si elle ne représente qu’environ 2 % de la surface de la peau (la paume de la main, doigts y compris, représente 1 % de la surface).

Quelle prise en charge ?

Les urgentistes vont déterminer la profondeur de la brûlure, son étendue et rechercher d’éventuelles lésions associées.

Le refroidissement des lésions doit être très rapide pour être efficace. Il vise à stopper le processus de destruction cellulaire de la brûlure, baisser la réaction inflammatoire et diminuer la douleur. Des soins locaux sont apportés et les lésions sont recouvertes de champs stériles. Les urgentistes stoppent le refroidissement dès que le patient ressent une sensation de froid. Il sera ensuite placé dans une ambiance chauffée et restera dans une unité non spécialisée en hôpital classique.

Sachez que certains hôpitaux ont un service spécialisé dans le traitement des brûlés.

La prise en charge dans un Centre de Traitement des Brûlés

Si certaines personnes ne gardent qu’un mauvais souvenir de leur accident, d’autres voient leur vie basculer en une fraction de seconde. Quand la peau est attaquée par une chaleur supérieure à 60°C, les cellules des tissus se détruisent et ces derniers se nécrosent. La peau détruite est comme “cartonnée”.

Dans quels cas ?

Les patients souffrant de brûlures graves sont admis dans un centre spécialisé : un Centre de Traitement des Brûlés. Leur état nécessite des soins spécifiques et un accompagnement psychologique particulier.

De manière générale, un patient est admis dans un Centre de Traitement des Brûlés dans les cas suivants :

  • Brûlure de 2° degré profond ou de 3° degré
  • Brûlure non cicatrisée spontanément après 2 semaines
  • Brûlure touchant le visage ou les mains, ou d’autres localisations spécifiques
  • Brûlure de surface supérieure à 20% de la surface cutanée totale

Lorsque la brûlure est profonde, elle s’étend sur tous les tissus sous-jacents : vaisseaux sanguins, muscles, tendons et parfois même les os. Les terminaisons nerveuses sont également atteintes. Il faut agir vite, car une brûlure profonde peut provoquer une défaillance cardiovasculaire.

Plus la brûlure est profonde, plus la cicatrisation est longue.

Quelle prise en charge ?

Mieux équipés qu’un hôpital classique, ces centres assurent l’ensemble des soins critiques, des soins aigus et certains soins de réadaptation.

Le corps médical doit avant tout stabiliser l’accidenté(e), afin de sauvegarder ses fonctions vitales. C’est parfois une véritable course contre la montre, car le patient a du mal à réguler sa température.

Pour les brûlures profondes, une prise en charge chirurgicale s’avère indispensable, car la régénération cellulaire de l’organisme est compromise. Les personnes brûlées au 2ème degré profond et 3ème degré doivent subir une greffe de peau. Dans certains cas, plusieurs greffes sont parfois nécessaires, afin de recouvrir toute la surface de peau brûlée.

Les CTB où quand l’environnement s’adapte à l’état du patient !

Un Centre de Traitement des Brûlés dispose de matériels et d’équipements spécifiques. Transporter un brûlé fragile d’une zone à l’autre de l’établissement, c’est augmenter considérablement les risques d’infections nosocomiales. Certains services sont équipés de façon à ce que la chambre du patient se transforme en véritable bloc opératoire où interviennent les réanimateurs, anesthésistes et chirurgiens ; qu’il s’agisse d’excision de peau brûlée ou de greffes, toutes les opérations se réalisent alors dans la chambre du patient.

Séparées par des sas en pression négative, les chambres peuvent également devenir des salles de bains pour assurer les soins quotidiens, ou encore des chambres de réanimation pour le maintien des fonctions vitales et la surveillance continue du blessé.

La plupart des CTB sont divisés en différents secteurs autonomes qui accueillent les patients en fonction de la gravité de leurs brûlures. Ils bénéficient également de l’expérience et des compétences d’équipes médicales spécialisées dans le domaine très particulier des soins de la peau. En effet, contrairement à un hôpital, un Centre de Traitement des Brûlés possède :

  • Une équipe soignante spécialisée, incluant des chirurgiens plasticiens et des réanimateurs spécialisés
  • Des chambres spécifiques de réanimation
  • Une structure dédiée à la prise en charge complète des patients brulés :
  • Hébergement adapté
  • Bloc opératoire intégré à la structure
  • Kinésithérapie spécialisée

Le Centre de Traitement des Brûlés accompagne ensuite le patient vers la réadaptation. Le processus est long, tant physiquement que psychologiquement. Le regard des autres est souvent pesant et rend l’acceptation encore plus difficile.

Que le patient soit hospitalisé en hôpital classique ou en CTB, il est pris en charge par des équipes médicales pluridisciplinaires hautement spécialisées. Le traitement des brûlures, grâce à d’intensifs travaux de recherche et une meilleure compréhension de la physiopathologie, est aujourd’hui à la pointe du progrès.

Les différentes façons de bénéficier des soins d’un CTB

– En hospitalisation classique : chambres conventionnelles ou de réanimation, selon la gravité et l’état général du patient. La sortie se fera ensuite soit vers un centre de rééducation, soit au domicile avec un relais en ambulatoire ou en soins externes jusqu’à la cicatrisation complète.

– En ambulatoire : le patient n’est hospitalisé que pendant la journée, deux à trois fois par semaine, pour bénéficier de soins spécifiques souvent avec anesthésie, et regagne son domicile le soir. Ce type de prise en charge peut être associé avec quelques séjours “classiques” dans le CTB. Cependant, tous les CTB de France ne proposent pas cette possibilité.

– En soins externes : le patient vient pour une “réfection de pansement” deux à trois fois par semaine.

Merci au Docteur Mathieu JEANNE, Anesthésiste Réanimateur, Centre de Traitement des Brûlés, CHRU de Lille.

A lire aussi :

Quel anti-douleur suite aux brûlures graves ?

Comment secourir une personne qui prend feu ?

Les brûlures sont-elles toujours qu’externes ?