Ajouter une conversation

(Taille recommandée 900x 245 pixels, sont autorisés les formats: jpg, gif, png, poids maximum: 16Mo)

Editer la conversation

Actualites

(Taille recommandée 797 x 217 pixels, sont autorisés les formats: jpg, gif, png, poids maximum: 16Mo)

Beauté et soins

Cure thermale : les bienfaits pour un brûlé ?

Publié le 27/04/2016 à 17:00 0 9

Actualites

La cure thermale a de nombreux effets bénéfiques et fait partie de la stratégie thérapeutique. C’est une étape incontournable dans la prise en charge des séquelles cicatricielles. La cure fait non seulement du bien à votre peau mais aussi à votre corps et votre esprit.

La cure thermale : essentielle pour atténuer les cicatrices

La cure thermale traite les cicatrices dues aux brûlures. Qu’elles soient, post-chirurgicales, récentes ou anciennes, les soins prodigués lors d’une cure thermale permettent d’accélérer leur cicatrisation et d’offrir une meilleure élasticité cutanée. Dites au revoir au prurit (trouble de fonctionnement provoquant des démangeaisons) et aux dysesthésies (picotements, fourmillements dus à une augmentation de la sensibilité) ! Ces désagréments s’estompent, voire disparaissent après plusieurs cures, tout comme les inflammations locales et les brides.

Des soins complémentaires au top

Le traitement thermal assure des soins complémentaires particulièrement efficaces pour régénérer l’épiderme et aplatir les brides cicatricielles :

  • Des bains locaux ou généraux aux effets relaxants et hydratants qui favorisent la circulation vasculaire et réduisent les sensations de démangeaisons.
  • Des pulvérisations locales ou générales décongestionnantes et apaisantes.
  • Des douches filiformes quotidiennes (pratiquées par le médecin de l’établissement) qui améliorent considérablement le processus cicatriciel et diminuent l’hypertrophie, grâce à la projection de jets d’eau thermale plus ou moins fins, à pression modulable.
  • Des douches générales complètent également l’action du bain et facilitent l’élimination des croûtes, des squames encore présentes sur la peau.
  • Des massages sous l’eau quotidiens (réalisés par le kinésithérapeute) assouplissent le tégument cutané et permettent le décollement des cicatrices adhésives.

Des ateliers pour se sentir mieux dans sa peau

Pour mieux accompagner le patient, les cures proposent souvent différents ateliers, à la carte :

  • Des ateliers de maquillage correcteur qui apprennent à dissimuler les disgrâces transitoires ou permanentes.
  • Des ateliers de sophrologie pour mieux gérer l’anxiété.
  • Des cours d’hydratation pour apprendre les bons gestes d’application des émollients au quotidien.
  • Des accompagnements psychologiques, notamment lorsque l’atteinte cutanée est sévère.

Une cure thermale va au-delà des soins quotidiens. C’est aussi un lieu privilégié, chaleureux et accueillant, qui offre une coupure avec le milieu hospitalier et familial. C’est un espace de rencontre et d’échanges avec d’autres brûlés qui permet de les sortir de leur isolement et de les aider à mieux s’accepter.

Quelle prise en charge ?

Sachez qu’il existe des cures thermales spécialisées dans la dermatologie des brûlures et cicatrices. C’est par exemple le cas des Thermes de Saint-Gervais, de la Roche Posay ou d’Avène.

La cure peut être effectuée dès que la cicatrisation permet de supporter les douches filiformes à forte pression, généralement trois à quatre mois après la brûlure.

Le curiste est pris en charge par l’assurance maladie sous certaines conditions :

  • Le centre de cure doit être agréé et conventionné par l’assurance maladie selon les orientations prescrites. Le patient doit alors faire une demande de prescription médicale à son médecin traitant, puis effectuer une demande de prise en charge auprès de sa caisse d’assurance maladie. Il doit également s’engager à réaliser l’intégralité de sa cure, soit 21 jours consécutifs.
  • Une seule cure est remboursée par année civile, sauf dans le cas de la prise en charge de grands brûlés ou deux cures par an sont nécessaires (généralement les deux premières années). Selon l’état cutané, trois à cinq cures peuvent ensuite s’avérer indispensables.

Une cure thermale est un moment très important dans la vie d’un grand brûlé. D’abord parce qu’il améliore le processus cicatriciel. Ensuite, parce que le patient est accompagné individuellement par une équipe soignante et qu’il peut commencer à se reconstruire tant sur le plan physique que psychologique. Le bien-être ressenti va bien au-delà de la durée de la cure.

Merci aux docteurs Dulgueroval et Paul-Loubet, dermatologues travaillant chez Avène.

A lire aussi :

Comment la peau brûlée cicatrise-t-elle ?

La sophrologie : efficace pour les brûlés ?

Pourquoi masser la peau brûlée ?

La nutrition : quelle place dans le soin de la brûlure ?