Ajouter une conversation

(Taille recommandée 900x 245 pixels, sont autorisés les formats: jpg, gif, png, poids maximum: 16Mo)

Editer la conversation

Actualites

(Taille recommandée 797 x 217 pixels, sont autorisés les formats: jpg, gif, png, poids maximum: 16Mo)

Médecine

La nutrition : quelle place dans le soin de la brûlure ?

Publié le 16/03/2016 à 17:00 0 6

Actualites

Bien manger, c’est essentiel pour être en forme. Dans les soins de la brûlure, la nutrition est aussi au menu et ne doit pas se déguster à la légère. Après votre hospitalisation, de retour à la maison, vous devez adopter de bonnes habitudes alimentaires pour renforcer votre musculature et reconstituer votre système immunitaire.

La nutrition est un élément crucial dans le processus de guérison

La brûlure sévère entraine de fortes altérations métaboliques. Elle est souvent associée à une dénutrition majeure : l’organisme s’affole, il a impérativement besoin d’énergie et d’un apport de différents nutriments pour réparer les tissus endommagés. Il doit également se défendre contre des menaces d’infections tout en permettant à la peau de cicatriser.

Le suivi nutritionnel est alors essentiel. Le patient a des carences qu’il faut combler pour ne pas retarder sa cicatrisation. Dans le cas contraire, il s’expose à des risques d’infections, et des difficultés de prise de greffes cutanées. La peau n’étant pas suffisamment régénérée, des cicatrices hypertrophiques pourront être à craindre.

Des micronutriments pour booster la cicatrisation 

La nutrition du brûlé joue un rôle primordial dès les premiers jours suivant l’accident jusqu’à sa complète guérison. Le processus de cicatrisation étant lent, entre 12 et 18 mois, voire plus, une nutrition saine et adaptée doit se poursuivre à long terme, même si les lésions cutanées sont résorbées.

Pour combler les pertes des fonctions de la barrière liquidienne occasionnées par la destruction de la peau, la présence de micronutriments (vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides aminés et acides gras essentiels) dans le régime alimentaire est essentielle. Protéines, cuivre, zinc, calcium ou encore vitamines fournissent à l’organisme l’énergie nécessaire pour renouveler les cellules, augmenter la force musculaire et ainsi doper la cicatrisation.

La fatigue physique diminuant souvent l’appétit, pourquoi ne pas envisager cinq à six repas légers par jour ? Les besoins protéiniques et caloriques étant importants, n’hésitez pas à demander conseil à un diététicien ou à un nutritionniste.

A lire aussi :

Quels principes actifs régénèrent la peau brûlée ?

La sophrologie : efficace pour les brûlés ?